Archives de catégorie : Comprendre l’étiquette pneu

Décodage des étiquettes des pneus

Comprendre étiquette pneu
En un regard, l’étiquette pneu vous rassure, vous convainc ou au contraire vous dissuade d’acheter tel ou tel pneu. Et c’est exactement sa vocation première : vous aider à choisir, en toute transparence et en toute connaissance de cause, un produit qui vous convienne.

Mais quels sont les critères représentés sur ce label ? Comment en faire une lecture exacte ? Et qu’en est-il des pneus hiver ?

Autant de questions légitimes que nous adressons dans cette partie du blog. Un retour sur les articles de lois ayant abouti à l’étiquetage des pneus vous permettra, à n’en pas douter, de mieux saisir la raison d’être de ce label. Des tests comparatifs entre pneus, des guides pratiques et des conseils utiles vous sont proposés ici, ainsi que des outils interactifs comme une calculatrice d’économie de carburant.

Saviez-vous, par exemple, qu’entre un pneu noté A en freinage et un pneu noté G il y a quelques 18 mètres de différence en distance d’arrêt ? Soit l’équivalent de 6 Smart !

Autant de faits importants qui se retrouvent dans cette rubrique et qui vous guideront dans votre achat pneu.

Label EU pneus

L’étiquetage pneu : pourquoi

Plus l’échéance avance et plus les interrogations se multiplient. Au fil des semaines à venir, nous tenterons via ce blog de vous fournir l’information la plus transparente qui soit concernant l’étiquette pneu.

 

Pour faire un bref retour et une mise à jour du sujet, quelques éléments-clés :

 

– QUOI ? une étiquette collée sur le pneu qui classifiera 3 éléments : la performance énergétique, l’adhérence sur sol mouillé puis le niveau sonore extérieur.

 

– COMMENT ? des process de mesures d’un manufacturier à l’autre harmonisés et réglementés afin que les résultats soient justes d’une marque de pneu à l’autre

 

– QUAND ? : des dates clés : à compter du 1er novembre 2012, tous les pneus fabriqués après le 30 juin 2012 devront être étiquettés de ce fameux label énergétique. Toutefois, pour citer le TNPF  » La mise en place rapide de l’étiquetage de pneumatiques sera possible dès que les détails de l’application des méthodes d’essai sur l’adhérence sur sol mouillé et la résistance au roulement seront définies, mais néanmoins pas avant le 30 mai 2012 (selon le Règlement (UE) N°1235/2011 de la Commission). »

 

Ainsi, dès le mois de juin, nous pouvons nous attendre à vous livrer d’avantage d’informations … d’ici là, parmi les questions légitimes que les automobilistes pourront se poser, concentrons-nous sur la 1ère : POURQUOI une telle étiquette sur un produit comme le pneumatique ?

 

Il est vrai que tous et chacun avons des attentes différentes face au choix d’un pneu. Selon le type de véhicule, de routes empruntées, de style de conduite, mais aussi de valeurs fondamentales personnelles : souci environnemental ? économies ? sécurité ? les critères de choix sont multiples d’où la pertinence d’un ‘outil’ de mesure fiable relatif à ces élèments. Et acheter un pneu, c’est acquérir l’équipement de sécurité n°1 de votre véhicule, celui qui est le point de contact entre votre véhicule et la route – bref, un achat qui se doit d’être éclairé par des informations testées, fondées, réelles et justifiées.

 

L’union Européenne répond à cette interrogation en argumentant sur au moins 2 élèments que nous retiendrons :

 

– l’étiquette pneu va permettre d’informer le consommateur sur 3 critères représentatifs – ainsi, plus de transparence sur la qualité (pondérée sur les 3 critères retenus par le label energétique) du produit acheté, l’acheteur pourra donc, en toute connaissance de cause, comparer un profil avec un autre, d’une marque à l’autre avant sa décision d’achat

 

– l’étiquette pneu répond à un besoin de sécurité, à un souci environnemental ainsi qu’économique du transport routier. Pour citer le groupe GoodYear Dunlop (http://www.toopneus.com/achat-pneus/dunlop/) sur le sujet « Ce nouvel étiquetage guidera aussi les consommateurs vers des pneus plus sûrs et plus efficaces en termes de consommation de carburant et de performance environnementale. »

 

Il va ainsi falloir apprendre à interpréter justement cette étiquette, à la lire correctement selon son profil d’automobiliste et à en saisir toute la portée – une démarche à laquelle Toopneus et son équipe qualifiée de spécialistes pneu s’engage, fidèle à la qualité reconnue de son service client !

Un pneu étiqueté en 2012 – le détail

A compter du 1er novembre 2012, les pneus seront habillés d’une toute nouvelle étiquette énergétique.

Compliqué ? NON! quoi que …

Vous trouverez sur ce site des extraits du Journal Officiel de l’Union Européenne sur l’étiquetage des pneumatiques en relation avec l’efficacité en carburant et d’autres paramètres essentiels et beaucoup d’autres références officielles encore. Nous les avons épluchées et reportées ici pour qu’en quelques minutes l’essentiel soit couvert.

L’ETIQUETTE PNEU – POURQUOI ?

L’objectif est d’accroître la sécurité et l’efficacité économique et environnementale du transport routier par la promotion de pneumatiques sûrs, à faible niveau de bruit et efficaces en carburant.

Cette étiquette permettra au consommateur d’effectuer un choix éclairé avant de procéder à l’achat de pneumatiques.

COMMENT ?

L’étiquette pneu se présentera sous la même forme que l’étiquette énergétique que nous sommes déjà habitués à consulter lors de l’achat d’éléctroménagers.

Elle fera référence à 3 critères déterminants pour un choix éclairé:

1- l’impact sur la consommation de carburant – classé de A à G

2- l’adhérence sur sol mouillé – classé de A à G

3- bruit de roulement externe – mesuré en dB

DANS LA PRATIQUE ?

Le pneu sera doté d’un autocollant et l’information devra aussi être disponible dans la documentation technique promotionnelle du pneu. Dans la mesure où l’on ne reçoit pas une ‘notice explicative’ à l’achat d’un pneu, les fournisseurs ont été invités par le Réglement cité plus haut (article 4, point 3) à rendre cette information publique sur Internet, les distributeurs veilleront à en faire autant et rappeler ce profil du pneu sur la facture du client.

DES EXCEPTIONS ?

Il en est prévu quelques-unes, les voici:

a) pneumatiques rechapés;
b) pneumatiques professionnels non routiers;
c) pneumatiques conçus pour être montés uniquement sur les véhicules immatriculés pour la première fois avant le 1er octobre 1990;
d) pneumatiques de secours à usage temporaire de type T;
e) pneumatiques dont l’indice de vitesse est inférieur à 80 km/h;
f) pneumatiques dont le diamètre de jante nominal est inférieur ou égal à 254 mm, ou supérieur ou égal à 635 mm;
g) pneumatiques munis de dispositifs additionnels destinés à améliorer les caractéristiques de traction, tels que les pneumatiques cloutés;
h) pneumatiques conçus pour être montés uniquement sur des véhicules exclusivement destinés aux courses automobiles.

BON, ON VEUT LA VOIR MAINTENANT CETTE ETIQUETTE!

BIEN LIRE L’ETIQUETTE

Habitués à déchiffrer les indications énergétiques reportées sur nos électroménagers, c’est sans difficulté que les consommateurs pourront lire cet autocollant:

– IMPACT SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT on comprend que plus on est haut dans la classification (A), plus on choisit un pneu qui aura un bon comportement en matière de consommation.

Voici l’échelle de classement qui sera utilisée pour déterminer la classe d’efficacité du pneu: (définition des classe de pneus C1, C2 et C3 plus bas, sous le thème CHAMP D’APPLICATION)

Pour info, RRC est l’abréviation indiquant le coefficient de résistance au roulement.

– ADHERENCE SUR SOL MOUILLE le même principe s’applique :

La lettre ‘G’ correspond à l’indice d’adhérence sur revêtement humide

Pour info, la lettre ‘G’ correspond à l’indice d’adhérence sur revêtement humide

Plus de détails dans le règlement no 117 de la CEE-ONU

– BRUIT DE ROULEMENT EXTERNE

La valeur mesurée sera reportée en dB et d’un point de vue graphique, ce logo du haut-parleur affichera 3 niveaux de ‘nuisance’ sonore, une barre noire indiquera que le pneu est peu bruyant, on comprend par définition que 3 barres noircies indiquent que le pneu en question produit un bruit de roulement externe plus important.

Quel type de pneu sera classé A, à quelle mesure en dB cela va correspondre?

Tout est ici!

Pour les pneus de la classe C1 :(définition des classe de pneus C1, C2 et C3 plus bas, sous le thème CHAMP D’APPLICATION)

Le réglement prévoit d’ajouter 1 dB pour les pneus renforcés ou dit ‘extra load’ et les pneus neige.

Pour les pneus de classe C2 et C3: (définition des classe de pneus C1, C2 et C3 plus bas, sous le thème CHAMP D’APPLICATION)

Le réglement prévoit d’ajouter 2 dB pour les pneus à usage spécifique, aux pneus neige de la catégorie de pneus traction C2.

Pour tout pneu neige de classe C2 et C3, on ajoutera 1 dB.

 

***********************************************************************************************************************************

*** POUR LES PLUS TECHNIQUES ***

CHAMP D’APPLICATION

Nous avons cité les exceptions, mais maintenant, d’une façon plus technique, quel est le champ d’application de ce réglement ?

Il s’applique aux pneus de catégorie C1, C2, C3;

Voici la définition selon la loi (réglement de l’Union Européenne 661/2009)

« Les pneumatiques sont classés comme suit:

a) pneumatiques de la classe C1 — pneumatiques conçus principalement pour les véhicules des catégories M 1 , N 1 , O 1 et O 2 ;

b) pneumatiques de la classe C2 — pneumatiques conçus principalement pour les véhicules des catégories M 2 , M 3 , N, O 3 ou O 4 , ayant un indice de capacité de charge en montage
simple ≤ 121 et un symbole de catégorie de vitesse ≥ «N»;

c) pneumatiques de la classe C3 — pneumatiques conçus principalement pour les véhicules des catégories M 2 , M 3 , N, O 3 ou O 4 ayant l’un des indices de capacité de charge suivants:
i) indice de capacité de charge en montage simple ≤ 121 et symbole de catégorie de vitesse ≤ «M»;
ii) indice de capacité de charge en montage simple ≥ 122.


Un pneumatique peut être classé dans plus d’une classe, pour autant qu’il satisfasse à toutes les exigences de chaque classe dans laquelle il est classé. »

La question naturelle qui se pose ensuite : mais à quelle catégorie appartient mon véhicule ? Toujours selon les normes européennes (réglement de l’Union Européenne L263/1), voici le descriptif de chaque catégtorie:

1. Catégorie M: Véhicules à moteur conçus et construits pour le transport de passagers et ayant au moins quatre roues.
Catégorie M1: Véhicules conçus et construits pour le transport de passagers comportant, outre le siège du conducteur, huit places assises au maximum.
Catégorie M2: Véhicules conçus et construits pour le transport de passagers comportant, outre le siège du conducteur, plus de huit places assises et ayant un poids maximal ne dépassant pas 5 tonnes.
Catégorie M3: Véhicules conçus et construits pour le transport de passagers comportant, outre le siège du conducteur, plus de huit places assises et ayant un poids maximal supérieur à 5 tonnes.
Les types de carrosserie et les codifications concernant les véhicules de la catégorie M sont définis à la partie C de la présente annexe, point 1 (véhicules de la catégorie M1) et point 2 (véhicules des catégories M2 et M3) aux fins précisées dans ladite partie.


2. Catégorie N: Véhicules à moteur conçus et construits pour le transport de marchandises et ayant au moins quatre roues.
Catégorie N1: Véhicules conçus et construits pour le transport de marchandises ayant un poids maximal ne dépassant pas 3,5 tonnes.
Catégorie N2: Véhicules conçus et construits pour le transport de marchandises ayant un poids maximal supérieur à 3,5 tonnes, mais ne dépassant pas 12 tonnes.
Catégorie N3: Véhicules conçus et construits pour le transport de marchandises ayant un poids maximal supérieur à 12 tonnes.
Dans le cas d’un véhicule tracteur conçu pour être attelé à une semi-remorque ou à une remorque à essieu central, la masse à prendre en considération pour le classement est celle du véhicule tracteur en ordre de marche, augmentée de la masse correspondant à la charge statique verticale maximale transférée au véhicule tracteur par la semiremorque ou par la remorque à essieu central, et, le cas échéant, augmentée de la masse maximale du chargement du véhicule tracteur lui-même. Les types de carrosserie et les codifications concernant les véhicules de la catégorie N sont définis à la partie C, point 3, de la présente annexe aux fins précisées dans ladite partie.

 

3. Catégorie O: remorques (y compris les semi-remorques).
Catégorie O1: remorques dont le poids maximal ne dépasse pas 0,75 tonne.
Catégorie O
2: remorques d’un poids maximal dépassant 0,75 tonne, mais ne dépassant pas 3,5 tonnes.
Catégorie O3: remorques d’une masse maximale dépassant 3,5 tonnes, mais ne dépassant pas 10 tonnes.
Catégorie O4: remorques d’une masse maximale dépassant 10 tonnes.

 

Sources: RÈGLEMENT (CE) N o 661/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 juillet 2009 – RÈGLEMENT (CE) No 1222/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 25 novembre 2009